╋ EXORCISME : MAURICE THERIAULT ╋

Possession démoniaque & exorcisme de MAURICE THERIAULT

Né au Canada en 1935, Maurice grandit dans une famille d’agriculteurs francophones. Émelda et Maxime, ses parents s’installent aux États-Unis dans l’état du Maine.

Très jeune, Maurice est déscolarisé par son père qui a besoin de main d’œuvre à la ferme.
C’est d’ailleurs à cette occasion que Maurice est témoin d’un comportement très inapproprié pour ne pas dire contre nature.
En effet, le jeune garçon surprend son père pendant un rapport sexuel avec un animal.

Maxime qui est un père violent réalise que son fils vient de le surprendre et l’oblige à faire de même avec la pauvre bête.

En 1956, le jour de ses 21 ans, Maurice quitte le domicile familial pour le Connecticut.
Surnommé le « frenchie » par les gens du coin, le jeune homme ne tarde pas à rencontrer une jeune femme. Peu après, il s’installe avec Patricia. Celle-ci observe des comportements étranges. Son mari entre dans des espèces de transe, ses membres se tétanisent. Un jour, Maurice est à nouveau plongé dans une sorte de transe quand l’attention de Patricia est soudainement attirée par le crucifix situé au dessus de leur lit. L’objet religieux se mettre alors à saigner.
C’est à cette époque que plusieurs personnes rapportent avoir aperçu Maurice Thériault au même moment à différents endroits. S’agit-il d’un phénomène de bilocation (1) ? Ne supportant plus ces phénomènes aussi troublants qu’étranges, Patricia met un terme à leur relation.

Quelques temps après, le frenchie est séduit par le charme de Tina. Cette dernière est très intriguée par certains de ses comportements. Tina rapporte que Maurice a parfois l’air absent et se met à parler dans une ou plusieurs langues étrangères. Roger Koyle qui est policier est témoin d’un incident durant lequel monsieur Thériault s’exprime en latin et cite des extraits de la bible.

Pendant un trajet en voiture, Maurice est de nouveau en proie à une de ses crises. Tout d’un coup, il lâche le volant tandis que son corps se raidit.
Tina : « C’est comme si quelqu’un ou quelque chose prenait le contrôle de la voiture… »
Par chance, Maurice récupère rapidement de son « absence » et reprend le contrôle de son véhicule. Un accident a été évité de justesse. Effrayée au plus haut point, Tina quitte immédiatement le frenchie.

Nancy et Maurice THERIAULT

NANCY ET MAURICE THERIAULT

En 1979, Maurice Thériault est âgé de 44 ans. Il rencontre Nancy et le couple emménage à Wackley. Il s’agit d’un petit village assez tranquille du Massachusetts. A son tour, Nancy assiste bien malgré elle aux impressionnantes transes de celui qui partage sa vie. La vie de Maurice est bouleversée en 1982 lorsqu’il apprend le décès de ses parents. Maxime a abattu Émelda avec une carabine, puis s’est suicidé avec la même arme. Faisant suite à cet évènement tragique, les crises du frenchie s’accentuent considérablement. Ne sachant plus quoi faire, Maurice se présente dans un commissariat de police et décrit de son mieux l’enfer qu’il vit au quotidien depuis bien trop longtemps déjà. Les policiers le prennent pour un illuminé et pour un affabulateur. Maurice est congédié sans ménagement.
Monsieur Thériault raconte que lorsqu’il est en crise son regard change du tout au tout. Ce témoignage sera confirmé par ses filles. Excepté durant ses absences, Maurice est considéré comme un homme aimable et doux. Sur les conseils ou plutôt suite à l’insistance de son épouse, Maurice Thériault se rend chez un prêtre catholique et lui expose sa situation. L’abbé Boyer l’oriente vers Ed et Lorrain Warren, des enquêteurs en phénomènes paranormaux.

ED et Lorrain WARREN

Les époux WARREN

Avant de se déplacer, les Warren préfèrent envoyer quelqu’un histoire de s’assurer qu’il s’agit d’une affaire sérieuse. A cet effet, le couple fait appel à Paul Walukiewicz qui passe une nuit chez les Thériault.

Fermement décidé à aller de l’avant, Maurice Thériault reçoit la visite des époux Warren accompagnés par leur neveu Tony Spera.
D’après une confidence faite au couple Warren, Maurice leur révèle que Maxime était un père extrêmement colérique et violent.
Maurice : « Je préférerais travailler pour le diable plutôt que de travailler pour toi ! »
Pléthore de démonologues établissent un lien direct entre cette déclaration et la possession de Maurice Thériault. Ceux-ci s’accordent à dire que cet événement est sans aucun doute à l’origine de la possession de monsieur Maurice Thériault.

Nancy THERIAULT

Nancy THERIAULT

Edward et Lorraine Rita Warren (Ed et Lorraine) affirment avoir vus des objets léviter dès les premières séances. Le couple de médium constate que des symboles religieux apparaissent sur le dos et le torse de monsieur Thériault ainsi que des mots français qui semblent être gravés à l’aide d’un scalpel. Les yeux et la bouche de Maurice saignent sans raison apparente. Pendant ses crises, le frenchie est doté d’une force hors du commun. Nancy ajoute avoir vu un madrier fendre les airs avant de venir heurter son mari. Bien que réputé comme étant quelqu’un de particulièrement sceptique, Roger Koyle déclare avoir vu Maurice soulever une statue de 135 kg de Sainte-Thérèse alors que le policier peinait à la déplacer légèrement. Après diverses manifestations inexpliquées, Maurice séjourne pendant un mois dans un asile psychiatrique. Les Warren soulignent l’incapacité du corps médical à expliquer les faits inhérents aux crises de monsieur Thériault. Tout ceci amène les médiums à envisager la possibilité d’une possession démoniaque.

Qu’est-ce qu’une possession démoniaque ?

Les trois critères caractérisant une possession démoniaque :

1° Parler dans une langue inconnue et/ou la comprendre.
2° Posséder une force exceptionnelle.
3° Avoir connaissance de certains secrets.

En ce qui concerne Maurice, le critère numéro un est bel et bien présent puisqu’il s’exprime en latin. A cela s’ajoute le critère numéro deux avec la force surpuissante dont Nancy et le policier Roger Koyle ont été les témoins. Quant au critère numéro trois, force est de constater qu’il ne semble pas être valide, tout du moins à la lumière des informations en notre possession.

Fort de leurs contacts, monsieur et madame Warren sollicitent l’aide de l’église. L’évêque Timothy Harrington est désigné pour procéder à l’exorcisme.
L’exorcisme n’apporte malheureusement pas les résultats escomptés. Lorraine déclare que le jour saint suivant le rituel d’exorcisme, monsieur Thériault a été repoussé par une force invisible pendant qu’il gravissait les marches de l’église.

Un autre exorcisme est planifié début mai au cours de l’année 1985. A cette occasion, l’église prévoit un grand exorcisme accompagné de rituels réservés aux cas les plus difficiles. Le couple de médium obtient l’autorisation de filmer l’exorcisme. Il s’agit d’un grand évènement, car c’est la première fois qu’un exorciste est filmé pendant son rituel. Le policier Roger Koyle ainsi que onze témoins assistent à l’exorcisme de Maurice Thériault. Les images extraites de la vidéo sont impressionnantes, on peut voir le visage et les yeux du frenchie se modifier.
D’après Ed Warren, c’est comme si le visage de Maurice se mettait à boullir. Roger Koyle quant à lui affirme qu’il n’a remarqué aucun trucage. Nancy est sidérée par l’expression démoniaque se dessinant sur les traits de son époux. Les yeux de monsieur Thériault se révulsent et il perd connaissance. Peu après, Maurice reprend conscience et demande sa femme. Nombre de témoins attestent que pendant l’espace d’un instant Maurice avait des yeux de serpent. Les démonologues eux remarquent que Maurice cligne trois fois des yeux, comme une moquerie adressée à la trinité.
Les médiums Warren sont assez satisfait de cet exorcisme. Force est de reconnaître que Maurice semble se porter beaucoup mieux, et ce pendant sept ans.
Courant 1992, Nancy annonce aux Warren que la possession démoniaque est de retour dans la vie de Maurice. Comme par le passé, son mari se montre particulièrement menaçant. Du sang s’écoule de ses yeux et quelquefois de sa bouche. Hélas, les Warren sont indisponibles ! Ne sachant plus à quel saint se vouer, Nancy demande aux autorités de délivrer un mandat d’éloignement. La procédure suit lentement son cheminement administratif. Un soir, monsieur Thériault rend visite à sa fille prénommée Mélinda dans le but d’obtenir son pardon.
Mélinda : « Ce soir-là, mon père s’est montré affectueux, ce qui n’était vraiment pas dans ses habitudes… »

Sitôt son père parti, Mélinda s’inquiète et prévient sa sœur Maureen. Toutes deux prennent l’initiative de se rendre chez leur mère afin de s’assurer que leur père respecte bien le mandat d’éloignement en vigueur. Une fois sur les lieux, tout semble aller pour le mieux.

Au cours de cette même soirée, Nancy est attendue pour un bingo.
Plus tard, les sœurs découvrent qu’en fait Maurice avait garé sa voiture à bonne distance de chez Nancy. Lorsqu’elles pénètrent dans les lieux, un bruit provenant du sous-sol les interpelle. Ensuite, Maurice remonte les marches armé d’un fusil. Mises en joue par leur propre père, Mélinda et Maureen sont terrifiées. Mesurant certainement la gravité d’un tel acte, Maurice Thériault baisse le canon. Pendant qu’une sœur essaie de calmer son père, l’autre tente de téléphoner à la police. Il n’y a malheureusement aucune tonalité ! Leur père a probablement sectionné la ligne téléphonique avant d’entrer chez Nancy.

Tandis que les sœurs essayent tant bien que mal de ramener leur père à la raison, ils entendent la voiture de Nancy dans l’allée. La mère de famille stationne son véhicule devant la demeure. Elle entre tranquillement chez elle, mais son arrivée provoque quelque chose d’inexplicable chez Maurice. Dès son entrée Nancy fait face au canon menaçant d’un fusil. Maurice ne fait pas mystère de son intention, il désire s’entretenir avec elle en privé. Craignant certainement pour sa vie, Nancy refuse et lui intime l’ordre de déguerpir immédiatement. Faisant suite à cette injonction, Maurice lui assène un coup de crosse. Nancy se sauve comme elle le peut. Son mari prend le temps de viser et ouvre le feu dans sa direction. Une balle atteint son bras et un second projectile fait voler en éclat la vitre du salon. Maurice s’avance, empoigne Nancy et la conduit de force dans la pièce où se trouvent Mélinda et Maureen. Réalisant que leur maman est blessée, les filles tentent de l’aider. A la vue de cette scène, le père donne l’impression de se resaisir et semble plus calme.
Maurice : « Je vous aime toutes les deux. »
Il se tourne alors en direction de sa femme et lui ordonne de ne jamais oublier le moment qui va suivre. Maurice Thériault qui semble lutter contre une force invisible dirige péniblement l’extrémité du canon vers son visage. Comme si une partie de lui était contrainte, il finit par ouvrir lentement sa bouche et introduit le canon encore tiède. Il n’y a plus aucun bruit dans la pièce. Tous les regards sont braqués sur lui lorsqu’il se décide à appuyer sur la gâchette. S’ensuit une importante détonnation et l’homme s’écroule. Sa femme et ses filles observent sa dépouille. Elles guettent quelques instants un éventuel sursaut de vie, mais Maurice Thériault s’en est allé.
Nancy : « Amen ».

D’aucuns en concluent que le cas de Maurice Thériault relève de la possession démoniaque. Il est probable que cette impression résulte aussi bien du caractère explicite de la vidéo de l’exorcisme que de la notoriété des époux Warren. Personne n’est en mesure d’apporter une explication un tant soit peu objectives au sujet des multiples changements qui s’opèrent sur le visage de l’exorcisé.
Ed Warren, le démonologue explique qu’il s’agissait de l’ultime combat de Maurice Thériault contre les forces du mal. Selon lui, le démon à perdu la bataille, car en agissant de la sorte, monsieur Thériault a choisit de protéger sa famille. Les médecins optent plutôt pour un cas relevant de la bipolarité. Ces derniers argumentent en faveur de cette maladie en mettant en évidence la présence de certains symptômes (changements d’humeur, dépression et catatonie). Sachant que Maxime, le père de Maurice a tué Émelda avant de mettre fin à ses jours, on retrouve l’aspect héréditaire de la bipolarité.
Dans ce cas, comment expliquer les objets en lévitation, la croix du Christ qui saigne, Maurice s’exprimant en latin et le fait qu’il possédait une force surprenante ?

(1) A l’époque, madame Warren pensait que Maurice Thériault possédait un don de bilocation. Selon la médium, ce pouvoir hors du commun lui était alloué par l’œuvre d’une entité démoniaque voire de Satan en personne. La bilocation est la capacité de se retrouver à plusieurs endroits en même temps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *