L’histoire vraie du moine fantôme


Robert Tocquet a étudié ce qui s’est produit dans un ancien couvent où, à partir du 10 juillet 1955, la nouvelle propriétaire, Mme V et ses deux fils de 20 et 30 ans voient à de multiples reprises une silhouette humaine fantomatique.
Celle-ci semble se composer de vapeur ou de brouillard.

Ce fantôme parle  : il explique qu’il est un moine coupable d’actes terribles, donne des indications permettant de retrouver une statue de la Vierge et cesse de se montrer en mars 1960. Bien sûr, on pense d’abord à une hallucination collective (qui aurait tout de même duré presque cinq ans) ou à  un trucage inspiré par la malveillance de personnes qui auraient voulu pousser à la vente du couvent.
Mais rien n’a permis d’étayer ces hypothèses.

De plus, après avoir essayé de toucher le revenant, Mme V. a gardé pendant plusieurs semaines des brûlures aux mains et aux poignets. Même en admettant que la voyance explique la découverte de la statue, il reste des photographies, développées par le professeur Tocquet lui même, sur lesquelles le fantôme, très visible, est conforme à la description faite par des témoins.

Pour Robert Tocquet, il s’agit de documents uniques dans toute sa carrière. Il les commente en remarquant qu’ils ne prouvent en rien que l’on puisse revenir après la mort, mais simplement que les phénomènes paranormaux incontestables sont beaucoup plus rares que les romans d’épouvante !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *